19/06/2018

E-liberty

Le leader mondial des systèmes transactionnels pour les stations de ski est hébergé chez Neode.

Découverte d'une "success story" avec son CEO, Christian Mars.

E-liberty, le leader mondial des systèmes transactionnels pour les stations de ski est basé à Neuchâtel. Lors de la saison de ski 2017/2018, plus de 300 millions d’euros de chiffre d’affaires ont transité sur les plateformes e-liberty. Son dernier produit, la « smartcard » a été nominée au Mountain Digital Awards 2018. Découverte d’une success story avec le CEO d’e-Liberty, Christian Mars.

Pour e-liberty, tout a commencé en 2004 ?

Effectivement, lorsque Téléverbier nous a demandé de lui proposer une solution pour vendre des abonnements de ski sur internet. L’idée est venue d’un constat simple : les remontées mécaniques vendent du transport, mais par câble. Du coup, l’expérience client doit être aussi fluide que pour un télépéage sur l’autoroute ou l’achat d’un billet d’avion.

Pourquoi avoir installé votre société à Neuchâtel ?

La culture de la microélectronique qui existe dans le canton et notamment au sein de Microcity Pôle d’innovation est indispensable à la réalisation des nouveaux produits comme la smartcard. e-Liberty bénéficie particulièrement des compétences du professeur Alexis Boegli, docteur en électronique, collaborateur scientifique au Centre pour le muscle artificiel (CAM) dirigé par Yves Perriard et enseignant à la HE-Arc ingénierie. Cependant, les compétences « software » manquent à Neuchâtel. Raison pour laquelle la société française e-liberty, détenu par la société suisse, a été créée. Elle emploie de nombreux développeurs, basés en Savoie au Bourget du Lac. En fait, j’ai choisi de prendre le meilleur de chaque pays et le site suisse est du coup devenu la cellule R&D d’e-Liberty.

Pourquoi la smartcard a-t-elle été nominée aux Digital Mountain Awards ?

La smartcard est une innovation qui révolutionnera l’expérience client dans les stations de ski. e-Liberty a déjà éliminé les files d’attentes. Avec la smartcard, le client aura non seulement la possibilité d’acheter son forfait en ligne, où et quand il veut. Mais en plus, à terme, il s’affranchira des barrières, seul contrôle contre la fraude actuellement.

À terme, e-liberty vise 5 objectifs avec cette carte intelligente :

  1. Positionner en temps réel des usagers sur le domaine skiable / territoire : si la station sait qui vous êtes et où vous êtes, elle peut vous vendre le produit le plus adapté au meilleur moment. La station pourra par exemple savoir si vous êtes un skieur sportif ou débutant, avec qui vous skiez, combien de temps par jour vous skiez…
  2. Micro-paiement et déverrouillage d’accès afin d’améliorer l’expérience utilisateur : plus d’attente dans les files.
  3. Compatibilité avec les systèmes existants, soit les tourniquets Skidata et Kudeslski. Mais il est clair qu’à terme nous visons la suppression de ces tourniquets.
  4. Capacité à repérer les fraudeurs dans un passage non-structuré des utilisateurs (le tourniquet est remplacé par un portique en hauteur, 2ème brevet, en cours) – grâce à une reconnaissance effectuée par des champs électromagnétiques. Pour concrétiser cette idée, nous souhaitons déposer un projet Innosuisse.
  5. Retrouver les skieurs sous les avalanches (3ème brevet, en cours).

 

Il est important de mentionner que toutes les données sont récoltées dans un CRM. L’institution qui a adopté la smartcard est propriétaire de ses données. Ce n’est pas e-Liberty qui les administre, contrairement à des systèmes propriétaires tels que Skidata ou Kudelski.

controle d'accès non bloquant e-liberty

 

Afin de ne pas être suivi de manière permanente, le/la client-e aura la possibilité d’éteindre la carte avec un bouton. De plus, un capteur de mouvement éteindra la carte lorsque cette dernière est restée  immobile pendant un certain temps.

Le futur de la « smartcard », comment l’imaginez-vous ?

Historiquement, notre marché est celui des stations de ski. Mais dans le futur, nous visons les régions et les villes. Grâce à cette carte, le/la citoyen-ne pourra ouvrir des portes, payer des services ou des loisirs tels que le cinéma, les parkings, les transports publics, les festivals, théâtres etc.

Contact : christian.mars@eliberty.fr

 

Propos recueillis par Victoria Barras

Autres articles

De la crise horlogère à Microcity Pôle d’Innovation Neuchâtel

Une histoire racontée par Nico de Rooij, le professeur néerlandais à l’ADN neuchâtelois

En savoir plus

Inauguration du Centre pour le muscle artificiel à l’EPFL antenne neuchâteloise

L’objectif du centre : développer un système d’assistance cardiaque moins invasif pour aider les cœurs en défaillance.

En savoir plus

CSEM DIGITAL JOURNEY

Vous avez un projet de digitalisation pour votre PME ?

Le CSEM met son expertise à votre disposition !
Délai : 10 septembre 2018

En savoir plus