25/02/2016

CSEM - Projet CHEOPS

Des cellules photovoltaïques plus efficientes et plus avantageuses.

Trois organisations suisses ont démarré avec leurs neuf partenaires internationaux un projet européen de recherche qui vise à développer une nouvelle génération de cellules photovoltaïques.

Ces cellules utiliseront la technologie photovoltaïque à base de pérovskite*, une technologie qui pourrait se révéler très efficiente et moins chère qu’aujourd’hui. Le CSEM coordonne ce projet baptisé CHEOPS et devisé à 5 millions d’euros.

La technologie photovoltaïque à base de pérovskite fait référence à une nouvelle catégorie de matériaux dotés d’une structure cristalline particulière. Elle présente de belles perspectives d’avenir en termes de coûts de fabrication et d’efficience. Aujourd’hui, cette technologie ne s’applique que pour des petites surfaces produites en laboratoire avec une durée de vie limitée.

 

Le projet CHEOPS ambitionne de développer cette innovation afin de permettre à l’économie et à la société d’en profiter. Les partenaires impliqués dans le projet vont chercher à améliorer la technologie actuelle en développant une cellule tandem dont la partie supérieure sera composée de pérovskite, mais dont la base restera en silicium.

Le projet CHEOPS est cofondé par la recherche européenne et le programme d’innovation Horizon 2020. Il débute officiellement en février 2016 et se terminera en janvier 2019. Le projet implique 12 partenaires industriels et académiques de 7 pays européens et dispose d’un budget de 5 millions d’euros. CHEOPS est coordonné par le CSEM.

 

Autres articles

E-liberty

Le leader mondial des systèmes transactionnels pour les stations de ski est hébergé chez Neode.

Découverte d'une "success story" avec son CEO, Christian Mars.

En savoir plus

Microcity : le pôle d’innovation prend une nouvelle dimension

Le canton de Neuchâtel va créer Microcity SA, une structure offrant un accès privilégié à l’ensemble des outils d’appui à l’innovation.

En savoir plus

Un nouveau laser ultra-rapide mis au point au Laboratoire temps-fréquence de l’Université de Neuchâtel

Lasers ultra-rapides : de nouveaux outils pour sonder la matière
Réalisé par Clément Paradis dans le cadre de sa thèse de doctorat.

En savoir plus